Comment financer un restaurant ?

Trouver des financements pour un projet en restauration

Financer son restaurant : les outils !

Food truck, bistrot, pizzeria, restaurant gastronomique ou encore crêperie… quel que soit l’idée retenue, le concept déjà ancré, la question du financement du projet reste en suspens !

Où pourrait-on trouver les fonds nécessaires pour démarrer ou relancer l’affaire ? Par bonheur, les moyens de financer son restaurant se sont largement étendus ces derniers temps. En plus des traditionnels prêts brasseurs et bancaires, on voit émerger le crowdfunding, le leasing et bien d’autres.

Ainsi, on se retrouve face à l’embarras du choix. Pour pouvoir faire un choix intelligent et adapté au projet de restaurant, voyons toutes ces solutions en détail.

Le love money, une histoire d’amour ou d’amitié

Financer son projet par ses proches ou amis
L’idée est de faire appel à son entourage pour constituer les capitaux propres. Dans le love money, la famille et les amis soutiennent l’entrepreneur en apportant une contribution financière.

Convaincre ses proches et garder la bonne entente reste toutefois délicat.

Cela dit, il y a un argument non négligeable. Grâce à la loi TEPA et la loi Madelin, les investisseurs peuvent bénéficier de belles réductions fiscales sur les montants versés : 50 % sur l’ISF ou 18 % sur l’IR. Pour effectuer la démarche dans les règles, des associations peuvent vous accompagner.

Le crowdfunding

Le financement participatif, c’est dans l’air du temps ! Et, c’est une alternative qui séduit de plus en plus ceux que l’on appelle désormais des porteurs de projet.

Puisque les banques semblent frileuses, le grand public sera sans doute plus enthousiaste. De plus, on en vante la rapidité de traitement. Pour lever des fonds en crowdfunding, il faut convaincre avec une présentation du projet et des contreparties en nature.

En plus du financement, cela fait de la publicité pour le restaurant.

Les plateformes sont nombreuses pour ne citer que :

L’autre financement participatif : le crowdlending

Il y a une nuance par rapport au crowdfunding. En effet, ici on parle de prêt, et donc de remboursement. Dans le cadre d’un crowdlending, divers investisseurs, des particuliers notamment, se réunissent pour prêter la somme demandée. Les taux ne sont pas forcément plus intéressants qu’auprès d’une banque. L’avantage : rapide, pas besoin de garantie, mais un bon projet qui inspire confiance.

Les financements historiques et conventionnels
Comme pour la communication de votre restaurant, il ne faut surtout pas négliger les canaux conventionnels ! Mettre dès le début toutes les chances de son côté est un grand pas vers la réussite de votre projet, que ce soit une reprise ou une création de restaurant.

Les acteurs historiques et conventionnels, qui suivent, sont encore en 2016 très présents dans votre financement.

Le traditionnel prêt bancaire

Quoi que l’on dise, la banque demeure le premier réflexe quand on cherche à financer son restaurant. Pourtant, c’est un long parcours qui finit souvent par un refus. Comme on dit, il faut avoir de bonnes garanties pour obtenir un prêt bancaire : 30 % d’apports en règle générale. On peut se faire aider par un courtier spécialisé en financement des entreprises afin de monter un dossier consistant.

Quels sont les documents à fournir aux banques pour l’achat d’un restaurant ?

La liste des documents à fournir aux banques en 2016 pour l’achat d’un fond de commerce dans la restauration est longue, de plus en plus longue !

Certes, la conjoncture actuelle, sur la baisse de la fréquentation des restaurants en France, ne pousse pas particulièrement les banques à vous octroyer un crédit pour acheter un restaurant, mais la baisse des taux d’intérêt en a aussi une part de responsabilité.

Je pense que les banques vous noient sous une demande de documents pour pousser de plus en plus l’échéance de la proposition commerciale. Les taux d’intérêt ne se sont jamais trouvés aussi bas, c’est pourtant le bon moment pour monter un dossier pour acheter votre commerce dans la restauration.

Afin de ralentir la procédure de financement, pour attendre une remontée des taux d’intérêts, les banques vous demandent des documents que vous ne pouvez pas toujours avoir avant la proposition du crédit !

Liste des documents pour une demande de financement

Ne pas oublier que tous ces documents sont confidentiels, vous pourrez donc les récupérer.

Vous disposez d’un droit d’accès et de rectification dans les conditions prévues par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

  • Compromis de cession (ou projet) et annexes le cas échéant. A faire auprès d’un notaire ou d’un avocat.
  • Le compte de résultat prévisionnel. A faire avec votre expert comptable.
  • Documents indiquant les principales caractéristiques du futur bail. A demander au cédant.
  • Vos 3 derniers relevé de compte si vous faites la demande dans une banque différente de la vôtre ainsi que ceux de votre conjoint et/ou associer.
  • 2 derniers avis d’imposition de vous votre conjoint et/ou associer.
  • Les 2 derniers bilans de l’affaire concernée. A demander au cédant.
  • Plan de financement avec justificatif de l’apport personnel et précisions des autres aides octroyés pour cette opération.
  • Statuts ou projet de statuts ou à défaut répartition du capital et des actionnaires. Votre cabinet comptable peut vous aider pour cela.
  • Assurance emprunteur, dossier d’information et d’adhésion complet et conforme. La banque vous propose souvent cette assurance.
  • Attestation de propriété, état des inscriptions déjà prises. Voir avec le cédant.
  • Si vous avez une caution, 2 derniers avis d’imposition.
  • Coordonnées de la compagnie d’assurance qui va assurer le fond de commerce.
  • Copie du bail commercial en cours ou projet de bail. A voir avec le cédant.
  • Un Kbis de moins de 3 mois également fourni par le cédant du restaurant que vous voulez acheter.
  • Vérification au compromis de la mise aux normes des locaux, à faire par le cédant sinon travaux à prévoir.
  • Bien sur une fiche de renseignement (voir les photos ci-dessous), fournie par la banque, à compléter (identités, revenus, apports, dépenses pour vous, conjoint et/ou associer).
  • Carte d’identité
  • Un curriculum Vitae (CV), si vous n’êtes pas de la restauration ou avec un minimum d’expérience, avoir fait une formation ou avoir un gros apport 😉 (c’est de plus en plus compliqué dans ce domaine)

Une grande partie de ces documents demandés par les banques se trouvera déjà, si vous l’avez fait, dans votre business plan ou plan d’affaire. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à lire mon article : exemple de business plan ou plan d’affaire pour un restaurant.

Documents fiche de renseignements

Documents fiche de renseignements

Le leasing, location longue durée

Comme pour les voitures, il est possible de financer son restaurant, le matériel et les équipements du moins, grâce au leasing. Des sociétés spécialisées proposent des offres avec ou sans option d’achat pour du mobilier, des appareils de cuisson, matériel de stockage, ustensiles de cuisine, et même un food truck ! Cela permet de lancer le projet avec peu de moyens et de lisser les dépenses.

Figurent aussi parmi les privilèges du leasing l’entretien et le renouvellement des matériels professionnels.

Le prêt brasseur, un partenariat où tout le monde gagne !

Il ne date pas d’hier, et malgré une mauvaise réputation, le prêt brasseur est aujourd’hui encore un moyen utilisé par un établissement sur trois en France. Il consiste à signer un contrat d’exclusivité de 5 ans maximum avec un brasseur dans lequel on s’engage à se fournir auprès de lui. Dans la réalité, il s’agira plutôt d’un grossiste.

En contrepartie, l’entrepreneur reçoit soit un prêt, soit une licence, soit du matériel. Pour éviter que cela ne devienne un poids dans le futur, il faut que l’offre soit cohérente avec vos besoins présents dans votre business plan.

Les aides pour financer un restaurant

Quelques dispositifs existent aussi pour donner un coup de pouce aux entrepreneurs. Ainsi, pour financer son restaurant, on peut bénéficier :

Partagez nous votre expérience, comment avez vous financé votre établissement en restauration ? Cela pourrait bien rendre service à un futur restaurateur 😉 !

Financer un restaurant sans apport est ce possible ?

Véritablement, entreprendre en restauration et dans n’importe quel domaine, sans apport, est compliqué voir même très compliqué. Si vous devez faire appel à un prêt bancaire ou une levée de fond, vous avez intérêt à être sûr de vous, de votre idée et de vous battre.

Sachez qu’avant d’être, simplement, un apport financier, l’argent que vous apportez personnellement est une preuve aussi pour les futurs investisseurs que vous y croyez, en vous impliquant physiquement et financièrement.

Je n’ai pas dit impossible ! L’apport financier est une très grosse barrière à franchir et même avec toute votre bonne volonté, vous n’avez pas d’argent à mettre dans votre business. Vous allez donc devoir être 2 fois plus persuasif et percutant.

Mettez toutes les chances de votre côté

Et oui ! Vous n’avez pas d’argent à mettre pour un apport mais avez vous puisez tout ce qu’il était possible de faire ? Ce n’est pas un article sur les aides accordées aux créateurs d’entreprises en France mais renseignez vous auprès d’un Centre d’Initiatives Locales (CIL) ou à la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI) proche de chez vous.

Des aides financières, des micros crédits, des accompagnements… tout un tas de dispositifs peuvent vous être octroyés par différents organismes.
Vous devrez monter des dossiers, présenter votre idée en étant combatif et un business plan sérieux.

De nouveaux moyens de financements sont également possible en restauration. Comme le crowdfunding, je vous en parlais sur cet article et l’arrivée en France du cowdfunding en equity ou crowdequity.

Lancez vous au bon moment !

Un point à ne pas négliger, ouvrir votre entreprise lorsque vous avez des droits à l’allocation chômage (ARE), vous permet de

  • maintenir le versement de votre chômage pendant toute la durée de vos droits
  • ou d’avoir le solde partiel de votre allocation.

Et cela même en créant sa boite, en bénéficiant des dispositifs d’aides de pole emploi (NACCRE et ACRE).

Vous y avez le droit même en étant démissionnaire si c’est pour créer votre entreprise.

Pour plus de renseignement sur ces aides, visitez la page suivante : Pole Emploi.

Pourquoi ne pas choisir auto entrepreneur en restauration ?

Choisir ou pas le statut de auto entrepreneur dans le domaine de la restauration

Oui, pourquoi pas auto entrepreneur !

Depuis un moment nous entendons tous parler de ce fameux statut “auto entrepreneur” ou récemment “micro entreprise“. Mais est-il possible de lancer un business dans l’hôtellerie restauration en tant qu’auto entrepreneur ?

Cette question étant sans réponse, malgré mais recherche afin de vous fournir des sources qui prouvent ou non des résultats. J’ai trouvé que très peu de blog ou site qui partageaient une experience sérieuse dans l’auto entrepreneuriat dans la restauration.

Soyons clair avant de continuer, les conditions que doit respecter un auto entrepreneur ne permettent pas de choisir ce statut afin de créer un restaurant ou même de reprendre un établissement avec de plus un chiffre d’affaire (CA) existant. Plus d’infos ici .

Les démarches pour se déclarer auto-entrepreneur

Le site pour déclarer sa micro entreprise ou auto entrepreneur en restauration

Le site officiel Guichet-Entreprises

J’ai été surpris de la simplicité des démarches pour se déclarer auto-entrepreneur, pour une fois ! Notamment avec le site entièrement dédié à la création d’entreprises : www.guichet-entreprises.fr.

La démarche afin de déclarer votre statut d’auto entrepreneur ou votre micro entreprise est la suivante :

  • Création d’un espace personnel
  • Je renseigne mon profil entreprise
  • Je complète mes formulaires
  • J’ajoute mes pièces jointes
  • Je valide mon dossier

Suivant votre situation, il vous sera souvent demandé quelques justificatifs comme :

  • Copie du diplôme, du titre ou de toute pièce justifiant de la qualification professionnelle. Présenter 3 ans de certificats de travail si vous n’avez pas de diplôme.
  • Justificatif de domicile de moins de trois mois au nom et prénom du dirigeant ou au nom et prénom de l’hébergeant accompagné d’une attestation d’hébergement
  • Une attestation de suivi de stage de préparation à l’installation (SPI) ou de dispense accordée par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat
  • Une copie recto/verso de la carte nationale d’identité, du passeport à jour et en cours de validité.
  • Une déclaration sur l’honneur de non condamnation faisant apparaître la filiation.

Pour info la formation coûte moins de 300€, dure 4 jours et vous pouvez la faire financer !

Votre dossier peut être directement envoyé par internet ou par courrier. Il sera traité et vous recevrez une réponse assez rapidement, je l’avoue. Un refus avec les raisons ou une acceptation accompagné de votre numéro de SIREN qui vous permettra de vous déclarer à la chambre des métiers.

Ouvrir un restaurant sans argent c’est donc possible !

Créer une entreprise sans argent c'est donc possible

Ni argent, ni apport tout dépend de vous

Même sur les sites les plus pessimistes, il n’est pas dit que vous ne pouvez pas créer votre entreprise si vous n’avez pas d’argent. Il est souvent écrit que les débuts seront difficile par manque de trésorerie, des choix dans vos dépenses vont s’imposer.

Vous devrez être persévérant car en restauration et dans le commerce en générale, les jours ne se ressemble pas.

Vous dire que vous n’avez pas besoin d’argent est totalement faux. Ce serait comme vous dire qu’avoir un pas de porte suffit pour réussir…

Mais il faut additionner les canaux d’acquisitions qui sont à votre porter : la famille, les amis, le réseau professionnel, la presse locale, les réseaux sociaux et son site internet avec un blog.

Donc oui, si votre projet est bien battis, que vous êtes motivé à réussir et que vous n’oubliez pas de communiquer car ne pensez pas que les clients vous attendent. Vous pouvez créer une entreprise en restauration sans argent ou sans apport en France.

Vous pouvez même rêver d’acquérir un restaurant ou commerce par la suite, cette première experience pourrait être un effet levier !

2 Réponses

  • Bonjour, je souhaite faire une première acquisition d’un fond de commerce pour y développer une restauration traditionnelle de cuisine française; je suis dans le domaine depuis plus de 25 ans, géré plusieurs établissements. Je pense avoir toutes les compétences pour me lancer et je souhaite avoir votre aide justement pour trouver des aides car je ne possède pas d’apport.
    Pourriez vous m’orienter. merci

  • Bonjour @slimani
    Sans apport, c’est très compliqué même avec beaucoup d’expérience ! Mais vous pouvez avoir des aides et leviers auprès d’organismes selon votre situation.
    Je vous conseille de vous orienter vers la CCI de votre commune ou un centre CIL. le site APCE donne également beaucoup d’informations ainsi que Pole emploi…
    Réalisez avant tout un Business plan, faites vous aider par un comptable si besoin pour votre prévisionnel.
    Bon courage Slimani et tenez moi au courant 😉

Rédigez votre commentaire