Pourquoi les CHR ont-ils du mal à recruter ?

Comme dans beaucoup de domaines, l’hôtellerie restauration a beaucoup de mal à recruter. Manque de candidatures, manque d’engouements pour les métiers de cuisine et de salle… Pourtant ce n’est pas le manque de postes qui pose problème !

Franchement, j’en ai marre d’entendre et de lire ce genre d’article : Panique en cuisine, 16.000 postes à pourvoir d’urgence, malheureusement ce n’est pas le seul !

Alors pourquoi est-il si difficile de trouver des candidats pour des jobs de cuisinier ou serveur ?

Pour avoir souvent discuté avec mes équipes de salle et cuisine, j’ai une idée bien arrêtée sur le sujet. Vous n’allez certainement pas être d’accord avec toutes mes pensées…

Je vous partage tout de même ce coup de gueule en me glissant bien sûr dans la peau de l’employeur et de l’employé !

Enquête du Journal de l’hôtellerie restauration

Toutes les entreprises du domaine CHR (café hôtel restaurant) ont du mal à recruter. Je vais parler essentiellement de la restauration.

Vu que je suis un peu énervé aujourd’hui, oui ça m’arrive aussi 😉 ! Pour une des rares fois que le journal de l’hôtellerie restauration laisse libre d’accès un article ou une enquête sans devoir payer pour le lire…

Je m’y suis empressé et j’ai suivi les réactions des professionnels à ce sujet, via les commentaires.

Vous pouvez retrouvez l’enquête ici et le résultat ici.

Selon les résultats de l’enquête mener par nos amis du journal de l’hôtellerie restauration et CHD Expert, auprès de 4 998 répondants (3 699 employés et 1 299 employeurs), à la question : Pourquoi, selon eux, le recrutement est compliqué dans ce secteur.

Les points de vue des employeurs CHR

Réponses et avis des restaurateurs face au recrutement difficile

Merci au Journal hôtellerie restauration pour la qualité de cette image ! Réponses employeurs CHR.

Pour la majorité des employeurs CHR, avec 52%, les horaires trop contraignants sont la première cause des difficultés au recrutement. Le rythme de vie est également fortement mis en cause (51 %).

Parmi les autres problèmes soulevés :

  • la difficulté physique du métier (42 %)
  • le manque de candidatures (36 %)
  • le turnover (36 %)
  • trop de mauvais salariés (33 %)
  • la mauvaise image de la profession (33 %)
  • le manque de formation du personnel (31 %)
  • le volume d’heures trop important (25 %)…

Mon avis

J’hallucine ! Comme si les horaires contraignants étaient le premier facteur du manque d’engagements en restauration… Même si c’est un problème récurrent, beaucoup de métiers ont des horaires compliqués et pourtant certaines branches ont beaucoup moins de mal à recruter !

Le manque de candidature !!! Oui, c’est vrai si vous comptez simplement sur notre ami Pôle, vous risquez d’attendre longtemps.

Au passage, pour vos futures recrutements, cette plateforme risque de devenir incontournable dans notre domaine : Ejobber.

Et pour plus d’un tiers des employeurs, le turnover, des mauvais salariés et manque de formation du personnel !

Manque de formation, oui et non ! Oui, à la différence d’un apprentissage, le lycée hôtelier forme des cuisiniers et serveurs pour travailler dans des restaurants gastronomiques. Alors même qu’ils représentent que 10% du marché… La cadence n’est pas de la partie 😉 une table de 4 et de 2, ils ne sont pas débordés.

Et non car malgré tout, lorsqu’ils sortent de formation, ils ont tout de même acquis de bonnes bases. C’est de notre devoir, employeurs et restaurateurs, de les former en continue.

Pour les mauvais salariés, il y en a partout, comme de mauvais employeurs. Mais quand même 1/3 !!! Si en plus vous avez beaucoup de turnover, revoyez votre méthode de management.

Pour les heures, je ne pense pas que le nombre important soit le véritable souci, voyons ce que pensent les employés !

Le point de vue des employés

Réponses et avis des employés en cuisine et salle

Image du Journal de l’hôtellerie restauration, c’est déjà un peu mieux ! Réponses employés CHR.

Pour la majorité des salariés de l’hôtellerie restauration, les entreprises du secteur ont du mal à recruter parce que les salaires sont trop faibles à 63%.

  • les heures supplémentaires non payées (51 %)
  • les horaires (46 %) ou un rythme de vie (43 %) trop contraignants
  • trop de mauvais patrons (40 %)
  • un métier difficile physiquement (39 %)
  • un volume d’heures trop important (34 %)
  • les jours de repos non consécutifs (27 %)
  • le turnover (27 %)…
Résultat enquête Pourquoi CHR ont du mal à recruter par poste

Image du Journal Hôtellerie restauration. Sortez votre loupe ! Réponses par fonction.

Même par fonction les résultats sont assez similaires.

Mon avis

A l’inverse des employeurs, les employés relayent seulement à la 3ème place les horaires et le rythme de vie trop contraignants. Pour eux, les problèmes de recrutement en restauration seraient dus aux salaires trop faibles.

Soyons clair, si les articles, comme celui cité au début, et même les écoles hôtelières, ne promettaient pas des salaires de 1700 euros en sortie de formation (même après 2 ans XP), les employés seraient peut être moins déçus de leur première fiche de paye !

Je suis totalement d’accord avec les heures supplémentaires non payées. Un gros problème dans notre métier ! Pour cause, n’engagez jamais ce sujet lors d’un entretien d’embauche, c’est tabou en restauration…

Pour le reste on en revient encore au même. Un gros manque de pédagogie et de vérité sur ces métiers dès notre formation initiale ! Autant montrer tout de suite le vrai visage de notre métier, cela éviterait bien des désillusions…

Et oui, ce n’est pas top chef !

Pour preuve, je corrigeais les BTS à Toulouse, il y a 4 ans maintenant. Un des professeurs me confiait que dans certaines sections il y avait jusqu’à 50% d’abandon 3 ans après l’obtention du diplôme, ce n’est pas normal !

C’est un métier de passion, qui n’est pas toujours facile à gérer avec une vie sociale et familiale mais on y arrive, des milliers d’employés sont heureux en restauration !

Beaucoup de métiers sont plus pénible que ceux de la restauration.

Y a-t-il une vrai solution ?

Je pense très sincèrement que le salaire en restauration est un facteur qui ne pousse pas les nouvelles générations à choisir cette voie. Ce n’est pourtant pas le cas dans tous les restaurants.

Il existe une grande disparité également entre les chaines, les indépendants et les collectivités. Dans les salaires, les heures, les jours de repos… Nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne !

Un chef de rang à 35h d’un restaurant indépendant peut gagner le même salaire qu’un responsable cadre au forfait journalier (plus 70h semaine) de 2 restaurants dans une grande chaîne française…

Mettant en avant votre passion et limite votre reconnaissance à travailler pour eux !

Certains employeurs sont des patrons en OR à l’écoute de leurs employés, dans la mesure du possible, et d’autres de vrais bourreaux. Les horaires sont très souvent respectés dans les gros établissements et beaucoup moins dans les petits.

Mais je comprends également les restaurateurs. Que peuvent-ils faire lorsqu’un client arrive à 14h25 la bouche en coeur alors que vous devez libérer votre staff à 14h30 ? C’est un sujet compliqué et à prendre dans son ensemble.

Nous avons tous une part de responsabilité dans tout ça !

  • FORMATION : Une meilleure présentation de nos métiers dès l’école hôtelière.
  • EMPLOYEUR : Un meilleur accompagnement de nos employés pour la formation, être à l’écoute de leurs demandes et besoins dans la mesure du faisable.
  • EMPLOYÉ : Arrêtez de penser que votre emploi est le pire du monde et que l’on vous doit des lingots d’or mais au moins le fruit de votre travail.
  • CLIENT : Une remise en question dans notre façon de consommer en tant que client. Sincèrement, je n’irai jamais à la fermeture d’un restaurant !

Je ne fais pas de généralité, j’ai bien conscience que nous sommes assez divisés sur ce sujet et les résultats le prouvent.

Donc non, il n’y a pas de vrai solution ou alors il y a autant de solutions que de restaurants ! Quel est votre avis sur les difficultés à recruter dans le domaine des CHR ?